THOUSANDS OF FREE BLOGGER TEMPLATES

24 Sep 2013

Vreth interview from Finntroll France



Date: January 11th 2010
Questions préparées par Josh.
Interview réalisée par Karnonos.


INTERVIEW DE VRETH (FINNTROLL) 11/01/2010


  
Finntroll France : Le 22 février sort en France, le nouvel album Nifelvind, peut-on dire que cet album écrit une nouvelle page dans l’histoire de Finntroll ?

Vreth : Je ne dirais pas qu’il s’agit d’une nouvelle page, mais plutôt d’un pas en avant. Nous avons introduit de nouveaux instruments, utilisé une nouvelle production, et travaillé beaucoup plus sur le détail.
On s’est vraiment concentré sur notre imagination et les histoires dont nous nous sommes inspirés. 

FF : Les textes de cet album ont, une nouvelle fois, été écris par Katla. Quel expérience ça fait de chanter des textes qu’on n’a pas écrit et du coup comment adaptes-tu ton travail pour poser les textes sur la musique ?

V : On travaille ensemble pour faire le lien. Il écrit, on voit ensuite comment ça se chante. J’essaye d’y faire face, mais ce n’est pas vraiment un problème. De temps en temps je change des mots, des phrases, mais comme les textes parlent de choses que j’apprécie, je ne rencontre pas vraiment de difficultés. 

FF- Quel est le thème global de Nifelvind ?

V : Ce n’est pas un concept nouveau pour nous : des histoires de folklore, des légendes nordiques, mais ce sur quoi nous nous sommes vraiment concentrés sur Nifelvind, c’est cette sorte de chute, de décadence commune qui frappe les peuples. Même lorsqu’ils en sont conscients, les gens se répètent, encore et encore. 

FF- L’aspect musical de cet album est très vaste, il possède beaucoup plus d’instruments folks et une plus grosse orchestration que les précédents, notamment l’intro Blodmarsch. On peut considérer certains morceaux comme tribal ou exotique mais aussi très influencé par le humppa. Cela a du représenter beaucoup plus de temps de travail que ce soit en recherche, en créativité ainsi qu’au mixage ?

V : En effet, il y a beaucoup d’influences musicales traditionnelles et folkloriques : des inspirations venant de l’est, d’Europe, de Suède et de Finlande sur certains morceaux. On a enregistré pendant deux semaines, mais comme on se concentre que sur un morceau à la fois, cela prend du temps.
En fait, on voulait tellement en faire en si peu de temps, on y a passé quelques nuits blanches. On n’avait pas prévu autant d’instruments folks au départ, mais on en voulait toujours plus. Mais c’était amusant. On a du abandonner quelques idées pour tenir les délais. On enregistrait, de nouvelles idées venaient, on rajoutait des sonorités, qui donnaient à leur tour de nouvelles idées. Ca a donné un travail immense : on occupait de plus en plus de salles en studio, et il y en avait beaucoup, toutes pleines d’instruments différents avec beaucoup de variété. Il a fallu adapter tout ça en pré-production et encore ensuite. Avec les concerts et les festivals le week-end, ça a été un sacré boulot. 

FF- La richesse musicale omniprésente sur cet album mêlant le black metal, le death metal, le folk metal ainsi que la pop des années 80 comme j’ai pu le lire d’en d’autres interviews que tu as donné, comment nommerais tu le style musical de cet album ?

V : J’ai horreur de classifier et de poser des noms sur les styles musicaux. Si je devais vraiment catégoriser Nifelvind, il faudrait que j’invente le nom le plus long ayant jamais existé : du folk-black-death blablabla metal. Je vais simplifier les choses : c’est du metal (rires).

FF : J’ai quelques amis qui apprécieront, on se lasse vite des classifications nous aussi (rires).

V : (Rires).

FF- Sur le titre Galgasång, serait-ce la voix de Trollhorn, car il ne me semble pas avoir reconnu ta voix ?

V : Non non, c’est bien moi, avec Trollhorn et Tundra chantant en arrière plan.

FF- Toujours sur le titre Galgasång, ce morceau est entièrement acoustique comme l’était l’album Visor Om Slutet. Est-ce qu’un nouvel album acoustique pourrait voir le jour par la suite ?

V : Pour les albums acoustiques, on ne peut jamais prévoir à l’avance. Peut-être qu’on va avoir envie d’en faire un nouveau, qui sait, mais cela ne se planifie pas.
Concernant Galgasang, on voulait vraiment avoir un morceau acoustique. On avait déjà beaucoup de morceaux purement métal, et un soir, on est allé au ciné, et l’idée est venue comme ça.

FF- Le 22 décembre a été dévoilé sur le web le making of du vidéo-clip de Solsagan, peut tu nous en dire plus sur ce vidéo-clip, sur son réalisateur ainsi qu’une éventuelle date de diffusion ?

V : Je ne connais pas la date exacte, mais très prochainement, peut être même la semaine prochaine. Pour ce qui est du clip, on a tourné pour la première fois avec une compagnie finlandaise. On a eu l’idée du scénario, et ils ont absolument voulu le faire.

FF- Est-ce qu’un deuxième vidéo-clip est envisageable, je pense notamment au titre Under Bergets Rot qui est le premier morceau de ce nouvel album que vous avez mis sur le myspace ?

V : La possibilité d’une seconde vidéo est en discussion, mais on a encore rien arrêté. Mais ça serait surprenant qu’il n’y en ait pas d’autre.

FF- Aurait-tu également des informations sur le très attendu DVD Live ? L’avancement de son montage ?

V : Je ne sais pas combien de fois on m’a posé la question, pitié, pas encore ! (rire gêné). On ne sait vraiment pas.

FF- En février commence la tournée du Paganfest, est-ce qu’une idée de la set-list est déjà prévue ?
V : Pour le moment on ne sait pas encore combien de temps on va jouer, donc rien de définitif n’a été décidé. Mais on a quelques idées. En revanche, on est sur de jouer des morceaux de tous les albums, c’est promis !

FF- On aura le plaisir de vous voir 3 fois en France lors de cette tournée du Paganfest mais également lors du festival Hellfest, ce qui est une grande première d’avoir autant de dates dans notre pays, en une même année. Qui doit-on remercier pour avoir autant de dates (rires) ?

(Rires)

V : Notre agence tout simplement. C’est un plaisir de jouer en France, nous n’y avons jamais eu de mauvais public. 

FF- La nouvelle version du site de Finntroll France a été mis en ligne il y a quelques temps, prochainement nous travaillerons sur la version anglaise de ce même site, as-tu un avis particulier à donner ?

V : Je n’ai pas encore regardé le site français, mais c’est vraiment super. On est vraiment heureux du travail que vous faites, tous les pays ne le font pas.

FF- Merci beaucoup pour cette interview, je te laisse les habituels mots de la fin, que souhaiterais tu dire aux nombreux fans français ?

V : Je voudrais dire un grand merci à Josh et à tout le staff de Finntroll France, c’est vraiment génial. On vous dit à bientôt aux concerts !

Vreth,de la part de tout le staff, un grand merci d’avoir pris le temps de répondre à ces questions, et à bientôt en concert.